La Tour Hölderlin / Musée Hölderlin
Deutsch
English
Français
Español
Italiano

Histoire du Musée Hölderlin

Neckar und Hölderlinturm

L’ouverture d’un Musée Hölderlin dans la Tour est liée à la famille Eberhardt. Avant l’incendie, Mme Eberhardt amenait déjà des visiteurs dans « la chambre ronde » louée aux étudiants. Mais après la reconstruction, Fritz Eberhardt, son fils, les guidait dans la chambre du bas de la tour, désignant celle-ci comme « la chambre de Hölderlin ». La pièce était meublée dans le style de l’époque.

Lorsqu’en 1915, il tenta, par des annonces dans la presse, de vendre les prétendus meubles de Hölderlin, la ville décida de louer la chambre et d’en faire un lieu ouvert au public, Fritz Eberhardt se chargeant des visites guidées.

En 1921/22 la ville, aidée par « l‘Association pour la sauvegarde de la Tour Hölderlin » fit appel à des donateurs pour pouvoir acquérir la maison de Fritz Eberhardt. Grâce à sa participation, « l’Association » obtint le droit de disposer de la chambre commémorative restée pratiquement telle quelle jusqu’à la mort d’Eberhardt en 1944.

Après la seconde guerre mondiale, la maison dut accueillir des réfugiés qui ne la libérèrent qu’en 1954; la Société Hölderlin, devenue alors successeur légal de « l’Association », prit en charge tout le rez-de-chaussée pour y installer son bureau et une petite exposition permanente. La chambre du bas de la tour continua d’être considérée comme la « chambre Hölderlin ». Ce n’est qu’en 1978 que « la chambre ronde» du premier étage put être intégrée dans une exposition plus importante. A ce sujet, Werner Volke a publié dans les cahiers du « Marbacher Magazin » un numéro spécial intitulé « Hölderlin in Tübingen ».

Ces améliorations ne répondaient cependant pas aux conditions exigées par une exposition permanente. Aussi la ville et la Société Hölderlin décidèrent-elles de rénover la maison de fond en comble, projet réalisé en 1984 grâce à l’aide généreuse apportée par la Fondation Robert Bosch et la municipalité de Tübingen. On supprima dans la mesure du possible les modifications consécutives à la reconstruction de 1876. L‘escalier reprit son ancienne place, de sorte que le visiteur d’aujourd’hui accède à la chambre ronde comme au temps de Hölderlin. On renonça cependant à réduire les dimensions de la chambre commémorative car il était absolument impossible de lui redonner sa forme octogonal – la tour devant conserver l’aspect sous lequel elle était et reste connue comme « Tour Hölderlin ». Aujourd’hui la chambre ronde est vide. Seules deux chaises, qui proviennent peut-être de la maison, y ont trouvé place. Des poèmes des dernières années évoquent celui qui vécut en ces lieux durant trente-six ans.